Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2012

Un petit message pour expliquer le concept suédois de personnummer (numéro personnel) dont le cousin français serait le numéro de sécurité sociale.

Chaque Suédois né en Suède depuis 1947 reçoit à la naissance un personnummer qui est composé de la date de naissance écrite comme ceci AAAA MM JJ suivie d’une série de quatre chiffres aléatoires mais qui permettent grâce à un algorithme de vérifier qu’il n’y a pas d’erreur :

19790713-XXXX

On peut donc déterminer l’âge précis d’une personne mais aussi son sexe (si le neuvième chiffre est impair, le détendeur est un homme) et jusqu’en 1990, si la personne était née en Suède ou à l’étranger (abrogé depuis en raison du caractère légèrement discriminant de la chose), dans ce cas, le dixième chiffre était un 9.

Sans personnummer, pas de voiture ni de permis de conduire, d’inscription aux cours de suédois pour immigrés ou des enfants à l’école, ni même dans un simple club de gym !

Les Suédois sont si habitués à le trouver sur la carte d’identité ou le permis suédois qu’on tend avec sa carte de crédit que les caissiers le cherchent de temps en temps sur ma carte d’identité française ou mon passeport, ce qui me fait bien marrer tellement ils sont persuadés que ce système merveilleux existe ailleurs qu’en Suède.

Là où on voit que la Suède diffère bien de la France est que cette information est totalement publique. En clair, n’importe qui peut appeler le bureau des impôts (Skatteverket) et demander le personnummer de quelqu’un.

Encore plus surprenant, le site web http://www.birthday.se/ qui proclame fièrement « nous savons quand tes amis fêtent leur anniversaire » vous propose de connaître la date de naissance précise de n’importe quel Suédois(e), avec en plus son adresse en bonus ! Je connais des dames dont l’année de naissance est un secret d’état qui frissonneraient à l’idée que le premier collègue puisse la connaitre d’un clic. Le côté Big Brother est effectivement un peu effrayant pour les Français. Si vous ne me croyez pas, faites l’expérience avec mon nom et prénom…

Tout ceci est inimaginable dans l’hexagone où les rafles de la seconde guerre mondiale ont laissé de lourdes séquelles dans l’inconscient français. Ici, rien de tel au propre comme au figuré, jusqu’aux fenêtres qui n’ont que rarement des rideaux.

Read Full Post »

Fredagsmys

Le concept suédois de Fredagsmys est intraduisible en français correct mais mérite d’être développé car il concerne chaque vendredi soir une partie non négligeable de la population suédoise. Le principe est d’improviser un repas le vendredi soir qui tranche avec la monotonie des dîners de la semaine.

Le Fredasmys, est en quelque sorte un sas de décompression pour M.Svensson qui a consciencieusement abattu ses 40h hebdomadaires avant de rentrer un peu plus tôt chez lui le vendredi pour se payer un vrai repas de fête.

Chaque vendredi soir, le Suédois fait étalage de toute sa connaissance de la junk food :  chips et sodas sont le minimum syndical, complétés souvent par des pizzas, force vin et bière pour les parents, bonbons pour les enfants et toutes sortes de choses qui font hurler les diététiciens.

Le terme est apparu dans les années 90 grâce aux publicités d’une marque de chips nommée OLW qui a décliné quasiment à l’infini la mélodie que vous pourrez entendre en regardant la vidéo.

A noter que le mot a été ajouté au dictionnaire par l’académie suédoise en 2006 !

Read Full Post »

Certainement un fan…

Certaines administrations étrangères n’ont pas manqué le fait que certains contribuables étaient prêts à leur donner encore plus d’argent en échange de menus privilèges.

Par exemple, les Etats-Unis et la Hongrie ont bien compris que si les conducteurs étaient prêts à payer pour personnaliser leur plaque d’immatriculation, il ne fallait surtout pas se gêner pour leur offrir cette possibilité !

L’administration fiscale suédoise a embrayé et offre  – pour la modique somme de 6000 SEK soit 685 euros à payer tous les dix ans – le loisir de choisir une plaque personnalisée (personlig skylt) avec le texte de son choix.

L’argent provenant de la vente de plaques personnalisées est versé à un fond qui finance notamment des actions de prévention routière, pas mal vu.

Une Volvo très polie

Terriblement populaire dans les années 90, le mouvement s’est un peu enrayé depuis et concerne surtout les originaux ou les machomen en mal de reconnaissance (pour rester correct).

La preuve, les suédophones pourront lire ici les malheurs de Jan à qui l’administration a refusé la plaque « SS » qu’il souhaitait pour sa Bentley SuperSports. Pauvres Suédois…

On apprend aussi qu’il existe parmi les quelques 14 000 plaques personnalisées une Ford Mustang « BITCH » du meilleur goût, un taxi à Göteborg qui annonce « GOD JUL » (joyeux Noël) même en été mais la meilleure reste une Porsche, clairement issue d’un divorce car conduite par une femme et immatriculée « WAS HIS » (c’était la sienne). Elle a du se calmer ou se réconcilier car la plaque est à nouveau disponible !

Vous pouvez vous amuser à voir  ici si la plaque de vos rêves est encore disponible en Suède : https://secure1.ore.vv.se/persskylt/Ledigt.aspx

Read Full Post »

Il me reste neuf semaines pour préparer mon déménagement  à Stockholm où un nouveau poste m’attend dans l’entreprise française qui m’emploie depuis maintenant 7 ans.

C’est le moment de documenter l’évènement…

Read Full Post »