Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2012

L’alcool, ce fléau

Telle Ève, cette femelle s’apprête à croquer la pomme. Les ennuis ne vont pas tarder à suivre…

Chose promise, chose due, nous allons aborder ce qui est ici un sujet national de santé publique, à savoir l’alcoolisme de la faune suédoise.

Avant de vous expliquer en détail dans un futur billet les manœuvres compliquées requises en Suède pour se procurer légalement au Systembolaget ne fusse qu’une malheureuse canette de bière, permettez-moi d’étaler ma connaissance sur un sujet plutôt cocasse.

Je me vante un peu car après avoir étudié l’année dernière durant trois séances successives de cours de suédois le même article du tabloïd Aftonbladet (« un élan ivre terrorise les écoliers de Mölndal ») , je suis devenu expert en élan bourré. Ce lointain cousin suédois de Bison futé fait en général son apparition en septembre.

Un mâle barbotant dans la piscine de Ziad Takieddine

Peu farouche (mais assez stupide selon les Suédois), le plus grand des cervidés sillonne les vergers et s’enhardit à explorer les jardins pour y croquer de juteuses pommes dont certaines sont dans un état de putréfaction avancé. Pour ceux d’entre-vous qui n’ont vu de toute leur vie de vaches qu’à la porte de Versailles, un bref rappel des choses de la nature.

Le bon cidre qui accompagne votre galette dans cette excellente crêperie bretonne de Montparnasse est issu de la fermentation du jus de pommes. Cette fermentation ayant la particularité de se faire à basse température ( 5° à 15°, c’est-à-dire bien moins que le vin), il suffit qu’une pomme tombe de l’arbre, s’oxyde dans la bonne plage de température (garantie sur facture en septembre pour la Suède !) pour obtenir un début de fermentation.

L’odeur qui accompagne ce processus rend les fruits particulièrement désirables pour les élans qui en avalent de grandes quantités. L’alcool ingéré à cette occasion a des effets désastreux sur ces énormes bestioles qui dans le meilleur des cas s’endorment sur place et dans le pire des cas deviennent agressives.

Jusque-là, on peut faire le parallèle avec le comportement d’un échantillon-type de carabins faluchards. Ces derniers ont cependant plus rarement l’idée de s’endormir dans un pommier ou de somnoler devant une école maternelle en terrorisant les élèves par de furieux grognements et un comportement des plus imprévisibles (quoique…).

Vous rigolez bien dernière votre clavier ou votre Iphone mais imaginez qu’une bestiole qui pèse de 500 à 600 kg et dont le museau est surmonté d’un bois faisant jusqu’à deux mètres d’envergure fonce sur vous façon taureau de Camargue…

C’est en prenant son élan que la voiture a stoppé net (le conducteur est sain et sauf – merci Volvo !)

L’élan est apprécié pour sa viande savoureuse dont on fait de délicieux plats d’automne, moins pour sa capacité à traverser les routes en respectant la priorité.

On compte ainsi en Suède environ 30 000 accidents de la route par an liés aux élans. Ces derniers courent jusqu’à 50 km/h et sont comme fascinés par les feux de croisement des véhicules, sortant ainsi du bois juste au moment où passent les voitures.

La vitesse maximale est de 90 km/h hors autoroute et c’est certainement mieux ainsi car ces accidents sont heureusement rarement fatals aux conducteurs.

Voilà, vous pourrez désormais faire les malins avec vos amis la prochaine fois que vous dégusterez un sandwich au pain polaire et à la viande d’élan fumée chez IKEA…

Read Full Post »

La Suède, ses meubles en kit, ses Volvo et ses Saab, sa vodka Absolut…et ses féministes.

Peu satisfaites de vivre dans un des pays les plus égalitaires du monde, ces dernières s’en prennent régulièrement à la population mâle comme Gudrun Schyman, ex-dirigeante du parti « initiative féministe » principalement connue pour :

  • Avoir proposé de taxer spécifiquement les hommes pour compenser « des millénaires de machisme ».
  • Comparer en 2002 – sans plaisanter – la situation des femmes suédoises avec celle des Afghanes en matière d’égalité des genres…

Depuis, sa carrière politique est une succession de défaites, elle reste toutefois impliquée dans la vie locale de la petite ville de Simrishamn.

C’est là que se déroule le dernier drame féministe qui a conduit au retrait imposé de la banale publicité affichée sur une roulotte à hotdogs que voici :

Simrishamn a beau ne compter que 6 500 habitants, la municipalité rémunère à plein temps une « genuspedagog » (experte en genres) nommée Briten Dehlin dont je vous laisse lire les paroles rapportées par Ystads Allehanda :

« C’est une image sexualisée. Un exemple typique d’initiative non-réfléchie et une approche passéiste des genres dans le but d’attirer des clients ».

Evidemment, l’image incriminée a été retirée de suite par le propriétaire de la gargote sur injonction de la mairie mais les commentaires laissés par les lecteurs sont savoureux.

Morceaux choisis :

« Être experte en genres et casser les c….s à tout le monde est bien la seule ambition à laquelle on peut prétendre après un diplôme universitaire en sciences humaines ».

« Qui dit que ce n’est pas un mec maquillé sur la photo ? » [Certainement une référence intéressante à la comédie suédoise « Cockpit » qui narre les aventures d’un pilote de ligne travesti pour profiter de la discrimination positive à l’embauche]

« Qui paye le salaire de l’experte en genres ? Ha oui, nous ».

Read Full Post »

Le classique suédois

Les Suédois pratiquent volontiers bien des types de sport et excellent au niveau mondial dans un grand nombre de disciplines (hockey sur glace, athlétisme, golf et bien sûr les sports nordiques comme le biathlon, slamon, curling….).

No comment

 

C’est très vrai concernant ce dernier et vous pouvez en penser ce que vous voulez mais les Suédoises ont souvent décroché la médaille d’or aux JO. Comme quoi on peut être féministe et manier avec adresse le balai…

Les rigueurs de l’hiver scandinave rendent parfois hasardeux les entraînements extérieurs, ce qui explique qu’on trouve ici un nombre incroyable de salles de sport. C’est pourtant au contact de cette nature qu’ils aiment tant que les Suédois(e)s les plus sportifs testent leur forme dans une sorte de quadrathlon étalé sur toute l’année, j’ai nommé le célèbre « Classique suédois » ou Svensk Klassiker dans le texte.

Une médaille très convoitée mais pas donnée à tout le monde

Depuis la création du titre de Svensk Klassiker en 1971, 23 486 personnes dont 4 959 femmes ont décroché ce diplôme. 10 personnes l’ont fait à 25 reprises ou plus ! Les plus motivés réussissent les quatre épreuves en un temps cumulé inférieur à 24 heures.

Pour prétendre à ce titre et à la médaille qui l’accompagne, il faut avoir terminé dans leur totalité durant la même année quatre épreuves (au sens littéral du terme) sportives. On notera l’exploit de trouver dans le même pays les quatre plus grands évènements sportifs de leur genre dans le monde en nombre de participants.

Explications :

Vasaloppet : 90 km de ski de fond

Tout comme le marathon, cette course de ski de fond d’endurance a sa légende. En 1520, le jeune noble Gustav Ericsson Vasa, fuit en plein hiver les troupes de Christian II, Roi du Danemark, responsable du massacre d’une bonne partie de l’aristocratie suédoise y compris les parents de Gustav Vasa. Il tente en vain de susciter une rébellion en haranguant les habitants de la ville de Mora.

En route vers la Norvège où il espère trouver refuge, il est rattrapé dans le village de Sälen par deux frères qui ont skié les 90 km les séparant de la ville de Mora pour lui annoncer que la population a finalement décidé de se rebeller et de lui demander d’en prendre la tête (inquiets dit-on des rumeurs courant sur un impôt que les Danois entendaient lever – déjà !). Gustav Vasa fut couronné roi de Suède trois ans plus tard après avoir défait Christian II, la Suède a depuis toujours été indépendante.

Le départ de la Vasaloppet, pire que la file d’attente des remontées mécaniques de Tignes pendant les vacances scolaires de la zone C…

Aujourd’hui, l’exploit est commémoré par une course qui se déroule le premier dimanche de mars et a regroupé en 2010 le nombre hallucinant de 50 553 participants ! 

Bien que l’objectif de la plupart soit simplement de finir la course, les champions effectuent les 90 kilomètres en moins de 4h (record à ce jour, 3h38 soit presque 25km/h, essayez déjà de le faire en vélo…)

Pour tenir le rythme, des stands de ravitaillement à intervalles réguliers servent nourritures et boissons, dont la célèbre soupe de myrtille. C’est une véritable épreuve d’endurance, le climat froid, souvent venteux et neigeux ne facilite pas la tâche des skieurs, d’autant plus que le nombre de participants ajoute à la difficulté, bien que le départ se fasse naturellement par vague pour écluser les dizaines de milliers de skieurs.

 

Vätternrundan : 300 km de vélo

Littéralement « le tour du lac Vättern », cette épreuve consiste tout simplement à boucler à vélo le tour du plus grand lac de Suède, d’une circonférence d’environ 300 km. Cet évènement attire plus de 15 000 cyclistes, ce qui en fait la plus grande course cycliste de loisir du monde.

Il n’y a pas de classement d’arrivée, seul le temps de chaque participant est publié. Les départs se font là aussi par vague et ont la particularité de se faire pour la plupart en soirée, ce qui signifie que les cyclistes roulent la plupart du temps de nuit, même si cette dernière est courte à cette saison.

Cette course « de loisir » n’en mérite pas vraiment le qualificatif. Si le parcours est relativement plat, la distance est longue, même pour des cyclistes entraînés (Le Paris-Roubaix ne fait que 257,5 km). Le climat suédois de la mi-juin réserve bien des surprises, pluie et vent sont souvent au rendez-vous et il n’est pas rare qu’il fasse dans les 7-8 °C durant la nuit.

Imaginez-vous en selle à pédaler non-stop dans la pénombre pendant 10 à 15 heures …Une course de loisir, n’est-ce pas ?

 

Vansbrosimningen : 3 km de nage

 

Une fois de plus la Suède s’enorgueillit d’organiser la plus grande compétition de natation en extérieur du monde. Le premier dimanche de juillet, près de 13 000 nageurs se jettent à l’eau pour nager deux kilomètres dans la rivière Vanån suivi d’un dernier kilomètre dans son affluent, la rivière Västerdalälven. Particularité de ce dernier kilomètre, il s’effectue à contrecourant, histoire d’ajouter un peu de difficulté des fois que l’eau à 16°C ne suffise pas à fatiguer les nageurs…

Le départ. Quoi de mieux que d’attendre dans le courant d’une eau à 16°C pour s’échauffer ?

A noter que ce n’est qu’en 1982 que les combinaisons en néoprène ont été autorisées pour la première fois, les puristes considèrent que l’évènement a depuis perdu un peu de son âme…

La course est très populaire et couverte en direct par la télévision nationale. A cette occasion, la population du village de Vansbro est décuplée jusqu`à 40 000 personnes, les spectateurs étant présents le long de la rive. On imagine l’embouteillage monstre une fois la course terminée.

Lidingöloppet : 30 km de course à pied

Lidingö est une grande presque-île de la banlieue est de Stockholm sur laquelle pullulent les villas. L’endroit est très populaire car boisé et sillonné de nombreux sentiers, ce qui en fait un lieu de balade idéal.

Le dernier weekend de septembre s’y déroule la plus grande course à pied du monde sur sentier (cross-country ou terränglopp), rassemblant en 2010 plus de 43 200 coureurs.

 

La distance n’est pas extraordinaire comparée à un marathon qui fait 42,1 km mais le profil de la course est difficile avec de nombreuses montées et descentes sur un sol facilement boueux en cas de pluie.

La côte mythique d’Abbhorrbacken au 25 km épuise les dernières forces des coureurs, ceux qui ont couru le Paris-Versailles et sa fameuse côte des Gardes comprendront…

Cet évènement termine le plus souvent l’année sportive suédoise. Il est temps après un peu de repos de reprendre le chemin du club de sport et de préparer ses skis de fond pour les premières neiges…

Vasaloppet commence dans moins de six mois !

Read Full Post »